Démons intérieurs en rêves

 

Démons intérieurs : utilité des rêves et des cauchemars

Chacun a une part d’ombre enfouie dans son inconscient. Elle s’exprime aussi  dans vos rêves et cauchemars.

La nier c’est  nier une partie  de soi. En rêver ne doit pas vous effrayer. Il faut  simplement considérer que c’est un moyen d’évacuer trop  d’agressivité et d’hostilité intérieures.

Accepter qu’elle s’exprime parfois en rêves ou cauchemars sans lui donner trop  d’importance et sans culpabiliser est un bon moyen de rééquilibrer vos émotions.

Certains rêves violents peuvent également s’expliquer par un déséquilibre des deux polarités qui vous habitent (Anima et Animus) : le double masculin pour les femmes  (Animus) et le double féminin pour les hommes (Anima)

Jabberwocky

Jabberwocky

  Le clip Jabberwocky- Photomaton : une musique lancinante et une ambiance de rêve amoureux et érotique

Cette chanson  a été rendue célèbre  par la pub de la Peugeot 208   s’inspirant  du conte merveilleux de Pinocchio « modernisé ».

Le clip officiel ainsi que les paroles et la musique ont très bien croqué la difficulté de cette femme à  se réconcilier avec  son Animus  

Beaucoup de rêves d’union amoureuse, érotique ou sexuelle réussies  doivent s’interpréter comme une aspiration à réconcilier nos polarités féminine et masculine.

Ici, à la recherche de son double masculin, bredouille, cette jeune femme tombe dans la  tristesse, la  solitude et la violence rentrée.  L’agressivité est représentée symboliquement par son complice tuant les hommes qui  l’ont déçue  sentimentalement ou qui ne lui correspondent  pas.

Ame trop « sensible » s’abstenir. Mais SVP ne prenez pas ce clip au premier degré ! Considérez plutôt cette femme (et son complice tueur) comme une représentation de la femme tourmentée à la recherche de son idéal masculin.

 

 

 Le clip jabberwocky- Photomaton : des symboles de rêves courants

Sinon, j’ai décidé de vous faire découvrir ce clip  pour la qualité  démonstrative de ses symboles et de son langage oniriques.

Les pièces (chambre, salle de bain,) les balcons et le mur extérieur, les portes, le cadre sur le mur, le lit, la baignoire, le fait qu’elle se lave, les transformations physiques du personnage principal, les rideaux blancs, les nuages sombres en pleine nuit, le paysage extérieur qui devient tour à tour fourrure (aspect animal),  neige (aspect  solitude), eau (les émotions).  Tout s’imbrique et se condense comme dans  le langage du  rêve. Tout concourt à nous projeter à l’intérieur de la tête de la jeune femme.

Pour les plus curieux, voici  les paroles de la chanson  et quelques passages très symboliques :

« Jusqu’à ce que je traverse la ligne!
Mais tu ne peux pas tuer mon nom
Le démon arrive ce soir…

Les poupées à l’intérieur de moi se blottissent dans le Sang et les larmes sur ma peau »

 

Ne vous arrêtez pas en si bon chemin, découvrez l’idéal féminin dans cet article dédié à la chanson d’Enya « Only time »

 

Et vous, que pensez-vous de cette chanson, de ce clip et de sa qualité onirique ? Qu’est-ce que ça vous inspire ? Laissez-moi vos réflexions en commentaire ci-dessous.

 

Marie-José Pistoresi